L’élagage d’un arbre, qui consiste à couper les branches du végétal, doit être effectué aussi bien sur les arbres fruitiers que sur les arbres d’ornement. Plusieurs techniques doivent être connues par l’élagueur s’il veut garantir la réussite de son opération.

Technique par rapport à la sécurité de l’élagueur

Toute personne à qui on confie une mission d’élagage d’arbre doit savoir que la première des techniques qu’il doit maîtriser, c’est la technique de sécurisation. La sécurisation porte sur la personne de celui qui intervient, mais aussi de ceux qui collaborent avec lui dans le cadre de la coupe de branche. Qu’il monte sur les branches ou qu’il reste au sol, l’intervenant doit porter des équipements de sécurité adaptés. Le port de casque est évidemment obligatoire pour tous ceux qui pénètrent dans un certain rayon à proximité de l’arbre à élaguer. Il en est de même pour le port de gants. Ces accessoires sont fort utiles lors de l’escalade du végétal et lorsqu’il est nécessaire de soulever les branches à terre.

Outre la sécurisation des intervenants, le professionnel tel que cet élagueur dans le 78 est également tenus de protéger les personnes et les biens susceptibles d‘être blessées ou détériorés par la chute des branches. Ils ont donc l’obligation de dégager et de créer un espace de sécurité en délimitant avec des barrières leurs zones de travail. La superficie de cet espace dépend entièrement de la taille de l’arbre ainsi que de la quantité de branches à supprimer.

Bien choisir les outils et la période d’élagage

La réussite d’une opération d’élagage repose en grande partie sur la qualité des outils utilisés par l’élagueur. Non seulement celui-ci doit posséder une panoplie de matériels adaptés à la taille de l’arbre à entretenir, mais ses outils doivent aussi être bien entretenus. Autrement dit, il est indispensable que les scies à élaguer, la tronçonneuse et les sécateurs qu’il amène avec lui soient bien aiguisés.

Dans le cas contraire, la coupe des branches prendra beaucoup de temps, mais pis encore, la cicatrisation des plaies présentes sur l’écorce s’avèrera très difficile. Des maladies et des champignons pourront alors attaquer le végétal, ou alors les cicatrices seront trop visibles une fois les plaies refermées.

Pour ce qui est de la période de coupe des branches, chaque essence a ses propres spécificités. Toutefois, vous devez veiller à ce qu’aucun élagage ne soit opéré pendant la montée de sève. Il vous faudra attendre l’arrivée des feuilles adultes. La descente de sèves n’est également pas un moment propice pour procéder à l’enlèvement des bois morts ou excessifs. Cette période se déroule entre le début du mois de septembre jusqu’à la fin du mois de novembre.

Les techniques de coupe proprement dites

La coupe de branches doit se faire selon des règles précises pour assurer le bon développement de l’arbre. Le premier principe que vous devez respecter concerne le diamètre des branches à enlever. Autant que possible vous ne devez supprimer que celles qui ont un diamètre entre 3 à 5 centimètres. Au-delà de ces dimensions, des dispositions particulières doivent être prises, notamment la coupe de la branche à 15 centimètres de son point d’intersection après l’avoir raccourci. De cette manière, vous éviterez le déchirement du tronc.

Le deuxième principe concerne le tire-sève lors de l’éclaircie du houppier. Les dimensions du tire-sève doivent au moins être égales à 30 % de celle de la branche à couper. Lorsque vous procédez à la taille, pensez toujours à rendre facile l’écoulement de l’eau.

Enfin, la dernière règle concerne les gourmands et les rejets : n’oubliez pas de les tailler avec un sécateur de force.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *