Depuis quelques mois, la presse technophile parle beaucoup de maison connectée, maison communicante et maison intelligente. Ces termes très vendeurs cachent toutefois des concepts et des usages bien différents. Faisons le pont sur ces notions et envisageons quel sera la tendance d’avenir.

Les différents types de maisons connectées

On parle de maison connectée lorsque vous êtes capable d’en piloter certains équipements à distance. C’est par exemple le cas de certains éclairages mais également du chauffage avec les thermostats connectés. Même lorsque vous n’êtes pas chez vous, vous pouvez y accéder via une application sur votre smartphone. Ce dernier a d’ailleurs donné un grand coup de boot aux objets connectés en permettant un accès facile à différents protocoles réseaux ainsi que des interface graphiques simples.

La maison communicante quant à elle permet des échanges bidirectionnels avec ses occupants. C’est-à-dire qu’elle collecte, enregistre et analyse des données, qu’elle renvoie ensuite dans une application dédiée. Là aussi, le cloud joue un rôle important pour le stockage de toutes ces informations et leur exploitation. La maison communicante réagit donc aux demandes de ses occupants mais elle est également capable, dans une certaine mesure, de s’adapter et informer de ces changements d’état.

Enfin, la maison intelligente, ou Smart Home, est le concept le plus évolué qui correspond à une habitation qui est capable de s’adapter en temps réel aux besoins et usages de ses occupants afin d’améliorer leur confort, faire des économies d’énergie ou améliorer leur sécurité. Il s’agit là du triptyque fondamental de la maison intelligente, mais force est de constater que dans la réalité nous en sommes bien loin.

Le mythe de la véritable maison intelligente

Tout le monde parle de Smart Home alors que dans bien des cas il ne s’agit que de maison connectée qui n’ont pas grand chose d’intelligent. Elle est juste capable de répondre à des demandes distantes. Pouvoir allumer une ampoule chez soi depuis son bureau ou bien régler son chauffage quand on est en vacance correspondent certainement à des besoins précis, mais est-ce pour autant de l’intelligence ?

Une véritable maison intelligente devrait être capable de s’adapter automatiquement aux besoins. Par exemple pour faire des économies d’énergies elle devrait intégrer des systèmes permettant de réduire la consommation de certains appareils au profit de certains autres. Le but étant d’avoir une consommation lissée sur la journée et ne pas avoir des pics d’ampérage qui oblige à prendre un abonnement électrique plus cher.

Côté sécurité, viendra le jour où il ne sera plus nécessaire d’activer ou désactiver manuellement son système d’alarme. La maison comprendra ce qui se passe chez vous et saura détecter une intrusion. Pour y arriver, l’analyse de données en temps réel tient une place importante. Les industriels font de gros investissements en s’appuyant sur les dernières recherches sur l’intelligence artificielle et le Big Data. Ces concepts sont de plus en plus intégrés aux projets IoT (Internet of Things, l’internet des Objets) afin d’accumuler de nombreuses données, dégager des tendances et apprendre.

Même si les technologies avancent à grands pas, le chemin est encore long avant de pouvoir vraiment parler de maison intelligente. Mais jour après jour, les données recueillies permettent d’affiner les modèles et de mieux comprendre l’environnement complexe d’une maison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *