En cas de maladie ou d’accident qui empêche l’exercice de l’activité professionnelle, on parle d’incapacité de travail. Cette impossibilité peut être de nature physique ou psychique, temporaire ou permanente. Heureusement, le salarié peut bénéficier d’une série de droits pour compenser cette inaptitude.

 

La pension d’invalidité

En cas d’incapacité de travail causé par un accident ou une maladie non-professionnels, l’employé peut souscrire à une pension d’invalidité versée par la Sécurité sociale. Cette pension est versée mensuellement en fonction du degré d’invalidité et son montant est compris entre 30 % et 50 % du salaire. De même, elle peut être révisée au fur et à mesure de l’évolution de l’état de santé. Pour bénéficier de cette pension, il faut être âgé de moins de 60 ans, être affilié à la Sécurité sociale et être reconnu par l’assurance-maladie pour cette invalidité. Une rente d’invalidité peut compléter la pension si l’entreprise est couverte par un contrat de prévoyance.

 

Une reprise du paiement de salaire

À l’issue d’un délai d’un mois, si le salarié déclaré inapte n’a pas encore été licencié ni réintégré dans l’entreprise, l’employeur a l’obligation de reprendre le versement du salaire correspondant à l’emploi occupé avant la suspension du contrat. L’employeur n’a nullement le droit de réduire le salaire sous prétexte que l’employé perçoit des indemnités ou des versements par une institution de prévoyance. En cas d’omission de l’employeur, il faut rédiger une lettre pour demander la reprise du paiement de salaire ou poursuivre l’employeur devant les prud’hommes.

 

Les indemnités de rupture

Suite à un licenciement pour inaptitude, on est en droit de négocier le montant des indemnités de rupture. S’il s’agit d’un licenciement pour inaptitude non-professionnelle, le travailleur percevra une indemnité dont le montant ne peut être inférieur à celui de l’indemnité légale de licenciement. Dans cette situation, le préavis n’est pas exécuté et le contrat de travail est rompu à la date de notification du licenciement. En cas de licenciement pour inaptitude professionnelle, c’est-à-dire suite à un accident de travail, on perçoit une indemnité compensatrice. Une indemnité supplémentaire peut également être réclamée si l’inaptitude résulte d’une faute inexcusable de l’employeur. Dans son propre intérêt, il est favorable au salarié de faire le point avec un avocat pour être en mesure de négocier.

 

Travailler en ligne

Grâce à des plateformes, il est aujourd’hui possible de trouver un emploi en télétravail. Pour une personne en incapacité physique de travailler, le travail en ligne est un très bon moyen pour gagner des revenus tout en restant chez soi. En même temps, les sites de freelance offrent un emploi dans des secteurs d’activité variés : rédaction, trading, graphisme, création de logo… .Toutefois, il faut rester vigilant dans le choix de plateformes pour ne pas tomber sur des sites frauduleux notamment lorsque l’on choisit de se lancer dans le trading. Néanmoins, les avis binance témoignent de la fiabilité de la plateforme malgré le fait qu’elle ne soit pas réglementée par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF). D’ailleurs, le courtier a mis en place plusieurs dispositifs en vue de sécuriser les transactions et protéger les comptes des utilisateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.