Métier de régisseur

Lumière, son, organisation… le régisseur de spectacle est un métier qui implique de nombreuses missions et qui peut exercer dans divers domaines culturels : cinéma, théâtre, télévision, danse… Découvrons ce métier passionnant avec Jean-Louis Sbeghen.

En quoi consiste le métier de régisseur ?

Selon Jean-Louis Sbeghen, le régisseur, en plus d’être un professionnel de l’audiovisuel, est aussi un as de l’organisation. En effet, sa principale mission est de veiller à l’organisation des plateaux de tournage au quotidien. En outre, de par certains aspects, cette profession peut être reliée au management et concerne plusieurs domaines dont le cinéma, la télévision, le théâtre ou encore les concerts ou autres spectacles en direct.

Les missions du régisseur

En véritable pivot d’un plateau de tournage ou d’une scène, ses principales missions incluent, mais ne se limitent pas à :

  • L’évaluation des besoins humains et techniques nécessaires à la réalisation d’un projet culturel ;
  • Le recrutement et l’encadrement des techniciens (régisseur son, lumière…) ;
  • Le choix du matériel utilisé sur le plateau ou la scène ;
  • Un rôle d’intermédiaire entre les artistes, les techniciens et l’administration : grâce à ses connaissances des spectacles, il est à même de traduire les attentes de chacun et contribuer au bon déroulement du projet ;
  • Coordonner et suivre les démarches d’autorisation pour le transfert des équipes et le blocage des lieux publics de tournage ;
  • Superviser l’hébergement et la restauration des équipes techniques, en plus d’effectuer les réservations nécessaires ;
  • Recruter les figurants au cinéma…

Par ailleurs, selon qu’il soit spécialisé en son, lumière ou décor, les missions du régisseur peuvent différer. Par exemple :

  • Le régisseur son a pour mission de s’occuper de la sonorisation du spectacle et de l’enregistrement de la musique, des bruits de fond et des paroles pour ensuite mixer le tout en studio pour qu’il soit présenté durant le spectacle ;
  • Le régisseur spectacle dirige l’équipe technique et gère le matériel. Il est garant de l’installation de la lumière le jour du spectacle ;
  • Le régisseur plateau, quant à lui, est responsable du transport et du montage du décor.

Les qualités d’un bon régisseur

Un bon régisseur doit justifier de compétences pointues en matière d’organisation. En effet, ce métier implique de prendre en charge plusieurs responsabilités et d’être le point de contact de plusieurs interlocuteurs. Cela suppose d’excellentes capacités organisationnelles afin de garantir le bon déroulement d’un spectacle ou d’un tournage.

De plus, le régisseur doit avoir une facilité à communiquer et un esprit d’équipe à toute épreuve, en plus d’une bonne dose de flexibilité. C’est à lui que revient en effet la lourde tâche de concilier les objectifs du metteur en scène avec les impératifs techniques, financiers et humains. Un vrai défi !

Comment devenir régisseur ?

Le métier de régisseur fait partie du secteur de l’audiovisuel, et en tant que tel, le BTS « métiers de l’audiovisuel option gestion de production » constitue un excellent point d’entrée à la profession. Cette formation qui s’étale sur deux ans après le bac (et qui peut aussi s’effectuer en alternance) permet aux jeunes professionnels d’accéder au métier sans trop de difficultés. Cela dit, il est fortement recommandé d’approfondir ce diplôme en optant pour un master professionnel en sciences humaines (option cinéma), ou un master en audiovisuel dans différents domaines du monde du spectacle (théâtre, production, son, lumière…).

Il faut cependant garder à l’esprit que le métier de régisseur s’apprend, avant tout, sur le terrain. De ce point de vue, les différentes formations disponibles doivent obligatoirement être complétées par des stages pour espérer décrocher un emploi. Il existe par ailleurs des écoles spécialisées qui proposent des formations de qualité pour les métiers de régisseurs son, plateau et lumière, notamment l’École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre (ENSATT), ou encore l’École supérieure d’art dramatique (ESAD).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *