matériels préopératoires

Les médecins esthétiques et autres professionnels chirurgicaux ont besoin d’un nombre important de dispositifs et accessoires pour être en mesure de réaliser efficacement ses interventions. Dans l’optique d’exécuter des opérations professionnelles et parfaites dans les moindres détails, il est en effet essentiel de se munir des meilleures supplémentaires. Voici une liste des matériels primordiaux utiles avant de passer sous les bistouris ou les différentes machines utilisées pour apporter des changements à son esthétique.

Le crayon dermographique pour un traçage précis

Le crayon démographique fait partie des matériels les plus usés avant le début de chaque opération afin de marquer la peau. Outil spécifique, ce crayon est largement différent des versions traditionnelles en raison de sa conception et son usage. Une fois la décision prise de passer par la case opération chirurgicale, maquillage permanent ou tatouage pour un individu, le professionnel en charge de la réalisation devra réaliser des marquages sur sa peau. Cette étape consiste à préciser les zones à modifier selon les demandes et besoins du patient. L’expert pourra également déterminer les différentes parties du visage ou du corps qui enregistreront des modifications après l’intervention.

Les médecins, dermographes et autres professionnels chirurgicaux se doivent d’acquérir des matériaux de qualité et conformes aux normes en vigueur. Le crayon dermographique est sans effets secondaires puisqu’il est stérilisé, à usage unique et conforme à la directive 93/42 portant sur les dispositifs médicaux. Il existe aujourd’hui différentes encres de crayons à choisir selon les préférences des responsables médicaux (bleu, rouge, noir…). En général la taille de cet ustensile fait aux environs de 175 mm de longueur et 7 mm de diamètre avec un poids inférieur ou égal à 0,10 kg.

Les équipements pour anesthésie

En fonction de l’intervention à subir, il est possible de définir le type d’anesthésie à soumettre au patient. La préparation anesthésique postopératoire d’une personne qui ira se refaire le nez sera largement différente de celle pour un individu qui prévoit la réalisation d’un camouflage de cicatrices. En outre, il existe 4 types d’anesthésies différentes : l’anesthésie générale, l’anesthésie régionale, la sédation (parfois appelée « soins d’anesthésie surveillée ») et l’anesthésie locale.

Les matériels utilisés varient d’un type d’anesthésies à l’autre cependant il est plus qu’essentiel d’avoir à disposition les machines et équipements adéquats pour que le professionnel soit en mesure de prodiguer n’importe quel type d’anesthésie. Pour ce faire, on retrouvera l’appareil d’anesthésie qui doit être homologué et est composé de différents éléments dont : un système d’alimentation en gaz frais, un ou deux ou circuits anesthésiques, un ventilateur et un système antipollution. Ce dernier est utilisé pour les cas d’anesthésies générales.

Les aiguilles rachidiennes seront utiles pour des anesthésies régionales. Cet outil permettra de diffuser des produits actifs (analgésique, anesthésique, glucocorticoïde…) pour limiter les ressenties sur une zone définie. Enfin, l’anesthésie locale est le terme utilisé pour les médicaments tels que la lidocaïne qui sont injectés par une aiguille ou appliqués sous forme de crème pour engourdir une petite zone. L’anesthésie locale seule peut apporter un soulagement suffisant de la douleur pour des procédures limitées telles que la couture d’une coupure profonde ou le remplissage de cavités dentaires. Les individus qui souhaitent jouir des interventions de maquillage permanent ont également recours à l’anesthésie locale ou topique.

Publié dans : Mode

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *